Algèbre des miracles – Villa Médicis, Rome – 3.3.16

Séance d’algèbre libre qui s’applique à modéliser mirages et miracles, esquissant une mathématique d’impossible à la poursuite de ce qui se dérobe sans cesse. Mirages, « ce dont la quête est fatalement asymptotique, promesses qui ne se peuvent tenir » et miracles, « offrandes pourtant jamais promises, états du mondes impossibles néanmoins advenus » : les uns et les autres peuvent se dire dans la langue de Pythagore et Bourbaqui. Ils sont ici décrits dans un modèle d’improbabilité pure, entre algèbre, métaphysique et poésie.

Later on